05/12/2014

Georges-Pierre Tonnelier consulté par la RTBF dans « Dettes: ouvrez, ouvrez la porte aux huissiers... »

Avec la crise, de plus en plus de personnes éprouvent des difficultés à payer leur facture ou à rembourser leurs dettes. Conséquence, les huissiers de justice sont de plus en plus sollicités par les créanciers. Que faire quand un huissier sonne à votre porte ? Quels sont vos droits ?

Consultez l'article publié sur le site de la RTBF : http://www.rtbf.be/info/societe/detail_dettes-ouvrez-ouvr...

16:31 Écrit par Georges-Pierre TONNELIER dans Georges-Pierre Tonnelier, RTBF | Lien permanent | | Tags : georges-pierre tonnelier, huissier de justice, dettes, justice, avocat |  Imprimer | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | | | Pin it! |

01/08/2012

Bérengère Krief – Cours de répartie anti-relous – J’ADORE : -)

11:37 Écrit par Georges-Pierre TONNELIER dans Georges-Pierre Tonnelier, Humour | Lien permanent | | Tags : humour, femmes, drague |  Imprimer | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | | | Pin it! |

30/01/2012

Le choix du 30 janvier : faire grève ou pas ?

Après la manifestation nationale du 2 décembre et la grève nationale du 22 décembre dans les services publics, les syndicats prévoient ce 30 janvier une grève générale de 24 heures. Voici quatre bonnes raisons d'y participer.

Faire grève ou pas ? Certains hésitent encore. Il est pourtant crucial que les travailleurs, les 99 %, ne se laissent pas diviser et se battent pour leurs droits. 

*

1. Le pouvoir d’achat diminue. Agissons maintenant !

Tout d’abord : y a-t-il en fait des raisons sérieuses de faire grève ? Jugez vous-même. Aujourd’hui, le gouvernement augmente les taxes sur la TV digitale, sur le tabac et sur l’alcool. Le gouvernement limite les déductions fiscales pour votre prêt logement, pour votre épargne pension, pour la crèche de vos enfants et pour l’isolation de votre habitation.

Le gouvernement modifie le calcul des pensions de sorte que les futures pensions seront réduites. Il s’en prend aussi aux indemnités sociales des jeunes qui ont fini leurs études et des chômeurs. Bref, ce gouvernement lance une attaque contre le pouvoir d’achat, et cette ponction peut représenter annuellement plus de la moitié d’un mois de salaire. Et on détériore les conditions de travail en obligeant tout le monde à travailler deux ans de plus.

En même temps, le gouvernement rassure les grandes entreprises : vous ne devez pas payer d’impôts, nous n’avons pas besoin de vos 16 milliards d’euros d’impôts sur les sociétés par an. Nous n’avons que faire des 8 milliards d’euros de la taxe des millionnaires, lance-t-il aux 88 000 millionnaires du pays. Limiter les déductions fiscales pour les entreprises, comme l’intérêt notionnel ? Rien de tout cela, et ce sont plus de 3 milliards d’euros par an en moins pour les caisses de l’État. Ce qui s’applique aux familles ne s’applique pas aux entreprises. (1)

Aller chercher la quasi-totalité des 11,3 milliards d’économies chez les familles et laisser de côté des dizaines de milliards de rentrées qu’il est possible de piocher du côté des entreprises et des riches, voilà ce que veulent nos dirigeants.

Et ce n’est pas fini. La première fournée d’économies n’est pas encore refroidie que le gouvernement Di Rupo se met en quête de nouvelles restrictions pour un total de 1 à 2 milliards. Le 25 février, il prévoit un conclave budgétaire à l’agenda duquel figure l’application d’un saut d’index. Cela reviendrait à une diminution salariale nette de 2 %. Et ce, dans une période où bus, trams et métros prévoient une hausse de prix de 2,7 à 4,5 %, et que la SNCB augmente ses tarifs de 2,83 %. Et pile quand les prix du gaz, de l’électricité, de l’essence, du gasoil et du mazout de chauffage risquent d’augmenter. Pile quand les banques veulent se mettre à facturer leurs taxes bancaires à leurs clients.

Défendre le maintien du pouvoir d’achat des familles est une cause juste. S’opposer à ce qu’il faille travailler plus longtemps est plus que justifié. Ceux qui veulent éviter les restrictions à venir doivent agir aujourd’hui. Ce ne sont pas les familles, mais les spéculateurs, les gros banquiers et les millionnaires qui doivent payer la crise qu’ils ont provoquée.

*

2. Le seul moyen contre la sourde oreille du gouvernement

« Mais devons-nous pour cela recourir à l’arme de la grève ? Ne peut-on y arriver par d’autres moyens ? » se demandent certains. L’écrasante majorité de la population est opposée aux plans de Di Rupo. Pourtant, le Parlement les approuve ! Sans concertation préalable avec les syndicats. L’avis des 3,3 millions de personnes syndiquées n’est pas souhaité. La formation du gouvernement a duré plus de 500 jours. Mais, pour des mesures aussi radicales que les plans de Di Rupo, trois jours suffisent à les élaborer et une seule nuit à les faire avaler par le Parlement. Après la grève du 22 décembre, une certaine concertation a certes été mise en place avec les syndicats. « Mais revenir sur les réformes, pas question », déclare Van Quickenborne. (2)

Le président du CD&V, Wouter Beke, annonce aux syndicats : « Vous pouvez faire grève. Mais cela ne changera rien aux mesures. L’accord gouvernemental sera appliqué. » Il est clair que ce gouvernement ne pliera pas face à une requête, à la concertation ou aux actions alternatives. Pour réagir à ce déficit démocratique, il n’y a qu’un moyen : la grève ! Ainsi, la grève des services publics du 22 décembre était nécessaire pour décider le gouvernement à lancer la concertation sociale. Pour forcer Di Rupo à adopter une autre politique, il faut autre chose. Pour cela, il faut toucher à la production. C’est là que le 1% qui profite réalise son bénéfice. Et cela n’est possible que par une grève.

*

3. Non au modèle de pauvreté allemand en Belgique

Di Rupo le nie lui-même, mais la source d’inspiration de ses plans se situe bel et bien au sein de la Commission européenne. Celle-ci entend généraliser le modèle de pauvreté de l’Allemagne. Là, plus de 1,4 million de travailleurs vivent dans la pauvreté. Avec l’énorme flexibilisation du marché de l’emploi, certains ont deux, voire trois boulots… à cinq euros de l’heure. Et leur salaire ne suffit toujours pas pour boucler les fins de mois. La ministre de l’Emploi de Di Rupo, Monica De Coninck (sp.a), plaide pour une flexibilisation des contrats en Belgique, « afin d’aider les chômeurs de longue durée à trouver de l’emploi » (3). Et qu’on vienne encore prétendre qu’on ne veut pas suivre le modèle allemand !

La Commission européenne veut aller encore plus loin et étendre encore son pouvoir. La veille de la grève, le 29 janvier, les dirigeants européens se réuniront. Lors de ce sommet européen, la Commission veut faire approuver sa « règle d’or ». Si ça marche, chaque pays sera frappé, en cas de crise grave, par l’interdiction d’emprunter de l’argent pour ses budgets sociaux et/ou aider son économie à survivre. Ce n’est pas seulement absurde sur le plan économique, c’est aussi antidémocratique. Cette « évolution » vers une Europe autoritaire est des plus néfastes !

*

4. Parce que la grève marche

« On ne peut rien faire contre cela. Faire grève n’aide pas non plus. Nous allons quand même devoir payer », disent certains. Pourtant, tous les acquis sociaux ont été arrachés grâce à la lutte. En 1936, une grève nationale a même obtenu, en pleine période de crise, l’introduction des congés annuels. En 2012, nous pouvons bel et bien forcer le gouvernement Di Rupo à adopter une autre politique. La majorité ne veut pas des économies et des réformes. Faire grève, c’est mobiliser la majorité de la population et souder à la base un large front entre jeunes et moins jeunes, entre ouvriers et employés, entre le privé et le public, entre les actifs et les non-actifs. Si les 99 % se chamaillent à propos des désagréments d’une grève, le 1 % des super-riches et leurs suiveurs pourront continuer à profiter et à rendre le climat invivable pour la majorité. Ne pas se laisser diviser commence par le soutien à la grève du 30 janvier.

Et participer soi-même à la grève est la meilleure façon de la soutenir.

*

1. Ce gouvernement prétend qu’il a bel et bien limité l’intérêt notionnel. Mais les recettes qui en découlent ne sont que des broutilles et, d’après le commissaire européen Olli Rehn, elles sont même incertaines. • 2. De Standaard, 23 janvier 2012 • 3. La Libre Belgique, 24 janvier 2012.

10:27 Écrit par Georges-Pierre TONNELIER dans Georges-Pierre Tonnelier | Lien permanent | | Tags : fgtb, grève, manifestation, snc, syndicat, van quickenborne, wouter beke |  Imprimer | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | | | Pin it! |

22/12/2010

Georges-Pierre Tonnelier aime les lions

Georges-Pierre Tonnelier aime les lions.jpg

21:54 Écrit par Georges-Pierre TONNELIER dans Animaux, Georges-Pierre Tonnelier | Lien permanent | | Tags : lions, animaux, georges-pierre tonnelier |  Imprimer | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | | | Pin it! |

12/12/2010

Georges-Pierre Tonnelier aime cet invité inattendu passé par la porte du chien

Georges-Pierre Tonnelier aime cet invité inattendu passé par la porte du chien (1).jpg

Georges-Pierre Tonnelier aime cet invité inattendu passé par la porte du chien (2).jpg

22:54 Écrit par Georges-Pierre TONNELIER dans Georges-Pierre Tonnelier | Lien permanent | | Tags : georges-pierre tonnelier, invité, porte, chien |  Imprimer | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | | | Pin it! |

11/11/2010

Hommage à Hervé Broquet, qui fut mon professeur de droit européen

Enseignant de talent, pédagogue de la citoyenneté, auteur de nombreux livres, Hervé Broquet est décédé à l'âge de 49 ans. Il a été incinéré ce samedi 6 novembre 2010.

Un grand pédagogue du civisme

Christian Laporte
Mis en ligne le 06/11/2010

Hervé Broquet milita jusqu’au bout pour l’éducation à la citoyenneté.

Lors de la dernière cérémonie de remise des prix Condorcet-Aron, voici quelques semaines, Hervé Broquet (décédé mardi, à 49 ans) était déjà très affaibli par le mal implacable qui s’apprêtait à prendre définitivement le dessus, mais il n’aurait pour rien au monde voulu rater cette fête de la démocratie et de la citoyenneté active dont il fut l’infatigable promoteur. Son combat contre la maladie n’eut en fait d’égal que ses engagements divers en faveur d’une citoyenneté active, toujours sur le qui-vive pour faire émerger les lumières de la démocratie et ainsi venir à bout des forces politiques extrémistes et intégristes les plus ténébreuses.

Politologue de formation (Science Po, droit international et diplômé des HEC), Hervé Broquet était membre de l’Association belge de sciences politiques et chargé d’enseignement à l’Ecole royale militaire, où il donnait un cours d’éducation à la citoyenneté.

Mais l’œuvre de sa vie fut sans conteste le Crep, le Centre de recherches et d’études politiques, une institution indépendante créée en 1993 dont les objectifs n’ont jamais bougé d’un iota : "contribuer à développer une véritable pédagogie de la citoyenneté, lutter contre l’extrême droite et plus généralement réaffirmer les principes de base de la société démocratique".

Directeur du Crep, il le fit connaître par ses publications et ses animations, mais aussi par les prix Condorcet-Aron, destinés à mettre en exergue les associations, militants de terrain et personnalités engagées dans la promotion de la démocratie. Remis solennellement depuis 2003 d’abord au Parlement wallon puis au Parlement francophone, ces prix étaient devenus de véritables baromètres de la démocratie. Ce n’est certainement pas un hasard si, parmi ses tout récents lauréats, figura Liu Xiaobo, le nouveau prix Nobel de la paix, honoré chez nous quelques semaines avant la décision d’Oslo. Hervé Broquet avait une âme de poète, mais fut aussi l’auteur de nombreux ouvrages et articles sur l’éducation à la démocratie. Il y a deux ans, il fut un des auteurs des incontournables "Cent Discours du XXe siècle" (chez André Versaille). Un vrai démocrate s’en est allé

Ses funérailles auront lieu ce samedi 6 novembre à 8h30 au crematorium d’Uccle.

Source : http://www.lalibre.be/actu/belgique/article/621553/un-gra...

13:15 Écrit par Georges-Pierre TONNELIER dans Georges-Pierre Tonnelier | Lien permanent | | Tags : hervé broquet |  Imprimer | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | | | Pin it! |

17/09/2010

Georges-Pierre Tonnelier soutient la campagne de la Ligue des Droits de l’Homme : « Carte MoBIB: Ne scannez pas ma vie privée ! »

Ligne 1, correspondance vie privée

action_mobib.jpgA la suite de rencontres avec des chercheurs universitaires de l'UCL auteurs d’un article  mettant en évidence des problèmes eu égard à la protection des données dans le cadre de l’utilisation du système MoBIB (cliquer sur le lien pour le télécharger), la LDH, active depuis plusieurs mois sur des questions liées au développement de nouvelles technologies, lance, en mai dernier, l’opération « Carte MoBIB : ma vie privée ne voyage pas en commun », en collaboration avec Inter-Environnement Bruxelles (IEB).

Le but de cette action n’est pas la disparition pure et simple de la carte MoBIB mais bien sa mise en conformité avec les prescrits légaux en matière de protection des données personnelles. Envoyé dans un premier temps aux seuls sympathisants de la LDH, un courriel invitait les navetteurs à envoyer un courrier à la STIB lui demandant de s’assurer du respect des prescrits légaux en matière de protection des données personnelles.

Suite à cette opération, plusieurs centaines de courriels sont envoyés à la STIB.

*

Ligne 2, correspondance réponse

La STIB envoie à son tour aux signataires du courrier une réponse type visant à rassurer les navetteurs quant aux problèmes pointés par celui-ci. Les réponses apportées par la STIB en matière d’anonymat, de protection, de conservation des données et des finalités de leur traitement n’ont pas levé toutes les interrogations soulevées par les associations.

Un contre argumentaire est donc envoyé à la STIB tandis qu’un communiqué de presse présentant l’opération, rédigé par la LDH et l'IEB,  est envoyé aux médias le 30 juin 2010. Copie de ce courrier est également envoyée aux ministres en charge de la question.

*

Ligne 3, étape ou terminus ?

Sans réponse satisfaisante des pouvoirs publics aux interrogations des associations, et sans possibilité de discuter de manière constructive des problèmes posés par le système MoBIB, la LDH et l'IEB  continuent leurs actions de sensibilisation sur le sujet. Dans ce contexte, le 16 septembre dernier, a eu lieu une fructueuse action  de sensibilisation à l’entrée de plusieurs stations de (pré) métro. (lire communiqué de presse sur ce sujet).

Vous souhaitez en savoir plus sur le système MoBIB et ses enjeux: cliquez ici

*

Source : http://www.liguedh.be/index.php?option=com_content&vi...

11:38 Écrit par Georges-Pierre TONNELIER dans Georges-Pierre Tonnelier, Ligue des Droits de l'Homme | Lien permanent | | Tags : mobib, ligue des droits de l'homme, stib, georges-pierre tonnelier, vie privée |  Imprimer | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | | | Pin it! |

07/09/2010

Avocats: + 50% de consultation pro-deo depuis la crise

Extrait d'un article réalisé par Mehmet Koksal, copié et commenté par Georges-Pierre Tonnelier

Ce vendredi (03/09/2010), le nouveau bâtonnier de l’Ordre français du barreau de Bruxelles Jean-Pierre Buyle a présenté, “en avant-première mondiale“, Visages d’avocats, un ouvrage de Benoît Feron (préfacé par Eric-Emmanuel Schmitt et légendé par Vincent Defraiteur et Cavit Yurt) qui rassemble quelque 250 photos (sur un total 8.000 clichés) représentant environ un quart des membres du barreau de Bruxelles.

40.000 nouveaux dossiers en 2009

“A Bruxelles, sur 1 million d’habitants il y a 20 % de la population qui vit dans la catégorie bénéficiant d’une assistance pro-deo. A Bruxelles, avant la crise, nous avions environ 100 consultations par jour, depuis la crise nous avons 150 consultations par jour. Nous avons ouvert 40.000 nouveaux dossiers [pro-deo] l’année dernière. (…) Le barreau de Bruxelles est le premier barreau de Belgique et le 3e barreau francophone du monde (après Paris et Québec). Le barreau compte 2 ordres (4.500 avocats dans l’ordre français et 1.500 avocats dans l’ordre néerlandais). Les femmes représentent, chez les stagiaires, 52 à 53 % où elles sont donc majoritaires et sur l’ensemble des avocats, elles représentent 42 à 43 %“, précise le bâtonnier lors de sa présentation.

*

L'avis de Georges-Pierre Tonnelier

En ce qui me concerne, je suis surtout choqué par le nombre de personnes qui, ayant besoin d'avoir recours aux services d'un avocat, ne peuvent néanmoins se le permettre, ou doivent se priver pour payer les plantureux honoraires du conseil, car leurs revenus sont, légalement, trop élevés pour pouvoir bénéficier du pro-deo (le seuil à ne pas dépasser est ridicule), mais néanmoins, objectivement, trop faibles pour faire face aux dépenses importantes que représente un procès, en termes d'honoraires d'avocat.

Le plus injuste est que des procès peuvent même être intentés à des particuliers par l'État, en l'occurrence par le Ministère Public, auquel cela ne coûte pas un euro, alors que le citoyen cité au tribunal et "trop riche" pour bénéficier du pro-deo devra se saigner pour assurer sa défense, en sachant que même s'il gagne son procès, donc, au pénal, s'il est acquitté, il n'obtiendra pas un euro d'indemnité de procédure ni de dommages et intérêts ! Par contre, s'il est condamné, il devra débourser, en plus des honoraires de son avocat, des frais de justice importants !

*

Source : (PARLEMENTO – INDEPENDENT NEWS AGENCY)
http://parlemento.com/elections/avocats-50-de-consultation-pro-deo-depuis-la-crise/

16:55 Écrit par Georges-Pierre TONNELIER dans Avocat, Georges-Pierre Tonnelier | Lien permanent | | Tags : avocat, georges-pierre tonnelier |  Imprimer | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | | | Pin it! |

12/08/2010

Richard Fournaux : allez vous faire foutre avec l’éthique !

Georges-Pierre Tonnelier salue le courage de Richard Fournaux qui a osé exprimer le fond de sa pensée et remettre les pendules à l’heure ! Un tel courage devient rare de nos jours !

Quand au fond de l’affaire, Georges-Pierre Tonnelier est intimement convaincu que son ami Richard Fournaux est totalement innocent de toutes les accusations qui sont proférées contre lui et qu’il est victime de poursuites partisanes et politiques.

Il lui apporte son plus total soutien amical dans les épreuves difficiles qu’il traverse.

15:05 Écrit par Georges-Pierre TONNELIER dans Georges-Pierre Tonnelier, Mouvement Réformateur, MR, Richard Fournaux | Lien permanent | | Tags : georges-pierre tonnelier, richard fournaux, mouvement réformateur |  Imprimer | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | | | Pin it! |